Image default
Non classé

Pompe funebre musulmane – Entre tradition et modernité

Il existe principalement deux branches au sein de l’islam (chiites et sunnites) qui ont des points de vue différents sur un certain nombre de questions religieuses.

Pour la plupart, cependant, les musulmans croient généralement que les bonnes actions que l’on fait dans la vie donneront accès au Paradis le Jour du Jugement, également appelé le Jour dernier, lorsque le monde sera détruit. Beaucoup de musulmans croient que jusqu’au dernier jour, les morts resteront dans leurs tombeaux et que ceux qui se dirigent vers le paradis connaîtront la paix tandis que ceux qui se dirigent vers l’enfer connaîtront la souffrance.

Funérailles musulmanes : quand la mort est imminente

Quand un musulman approche de la mort, les membres de la famille et des amis très proches devraient être présents. Ils devraient offrir à la personne mourante espoir et gentillesse et l’encourager à dire la «shahada», confirmant qu’il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah. Dès que la mort est survenue, les personnes présentes devraient dire «Inna lillahi wa inna ilayhi raji’un» (En vérité, nous appartenons à Allah et nous reviendrons véritablement à lui). Les personnes présentes devraient fermer les yeux et la mâchoire inférieure du défunt et couvrir le corps avec un drap propre. Ils devraient également faire un «dua» (supplication) à Allah pour pardonner les péchés du défunt. Il est aussi temps de réserver la pompe funebre musulmane pour les préparatifs.

Quand se produit un enterrement musulman ?

Selon la loi islamique («charia»), le corps doit être enterré le plus tôt possible après le décès, ce qui signifie que la planification et la préparation des funérailles commencent immédiatement. Une organisation de la communauté islamique locale doit être contactée dès que possible et elle commencera à aider à organiser le service funèbre et l’inhumation, aidera la famille à trouver un salon funéraire approprié et se coordonnera avec le salon funéraire ou la pompe funebre musulmane.

Le don d’organe

Le don d’organes est généralement acceptable pour les musulmans, car il découle de l’enseignement du Coran selon lequel « quiconque sauve la vie d’une personne, c’est comme s’il sauvait la vie de l’humanité tout entière ». En cas de doute sur le point de savoir si des organes peuvent ou non être donnés, il est préférable de consulter un imam (responsable religieux) ou un directeur de funérailles musulman.

Autopsies

Les autopsies de routine ne sont pas acceptables dans l’Islam, car elles sont considérées comme une profanation du corps. Dans la plupart des cas, la famille du défunt peut refuser de subir une autopsie de routine. D’ailleurs, la pompe funebre musulmane refusera de l’effectuer.

Embaumement

L’embaumement et la cosmétologie ne sont pas autorisés sauf si requis par la loi fédérale ou de l’état. En raison de l’interdiction d’embaumement et de l’urgence avec laquelle le corps doit être enterré, il n’est pas possible de transporter le corps d’un pays à un autre. De nombreux musulmans vivant en Amérique désirent être enterrés dans le pays de leurs ancêtres et cette pratique culturelle, bien qu’acceptable dans certaines communautés, est en conflit avec la charia. Un directeur de funérailles imam ou musulman devrait être consulté s’il y a des questions à ce sujet. Ce n’est qu’après que la pompe funebre musulmane peut procéder.

Incinération

La crémation est interdite aux musulmans.

Préparer le corps

Pour préparer le corps à la sépulture, il doit être lavé («Ghusl») et enveloppé («Kafan»). Les membres proches de la famille de même sexe sont encouragés à donner Ghusl, bien qu’en cas de décès du conjoint, le conjoint puisse effectuer le lavage. Le corps devrait être lavé trois fois. Si, après trois lavages, le corps n’est pas entièrement propre, il peut être lavé davantage, bien que le corps doive être lavé un nombre impair de fois. Le corps doit être lavé dans l’ordre suivant : côté supérieur droit, côté supérieur gauche, côté inférieur droit, côté inférieur gauche. Les cheveux des femmes doivent être lavés et tressés en trois tresses. Une fois propre et préparé, le corps doit être recouvert d’un drap blanc.

Pour entourer le corps, il faut superposer trois grandes feuilles blanches de matériau peu coûteux. Le corps doit être placé sur les feuilles. À ce stade, les femmes doivent porter une robe sans manches et un voile de la tête jusqu’aux chevilles. Si possible, la main gauche du défunt doit reposer sur la poitrine et la main droite sur la main gauche, comme dans une position de prière. Les feuilles doivent ensuite être repliées sur le corps, d’abord le côté droit, puis le côté gauche, jusqu’à ce que les trois feuilles aient enveloppé le corps. Le linceul devrait être fixé avec des cordes, une attachée au-dessus de la tête, deux autour du corps et une autre sous les pieds. Le corps devrait ensuite être transporté à la mosquée («masjid») pour des prières funéraires, appelées «Salat al-Janazah».

À notre que ces préparatifs peuvent être confiés à une pompe funebre musulmane.

Veillée funéraire et visite

Quand un musulman meurt, le corps doit être enterré le plus tôt possible après sa mort. Il est donc impossible de la regarder avant les funérailles.

Le service funéraire musulman

La Salat al-Janazah (prières funéraires) devrait être exécutée par tous les membres de la communauté. Bien que les prières doivent être récitées à la mosquée, elles ne doivent pas être récitées à l’intérieur de la mosquée ; au lieu de cela, ils devraient être exécutés dans une salle de prière ou d’étude ou dans la cour de la mosquée. Ceux qui prient doivent faire face à la «qiblah» (c’est-à-dire vers la Mecque) et former au moins trois lignes, le mâle étant le plus proche de la personne décédée en première ligne, suivi des hommes, puis des enfants, puis des femmes.

Inhumation

Après la récitation de la Salat al-Janazah, le corps devrait être transporté au cimetière pour y être enterré. Traditionnellement, seuls les hommes sont autorisés à assister à l’inhumation, bien que dans certaines communautés, toutes les personnes en deuil, y compris les femmes, soient autorisés à se rendre sur le lieu de sépulture. La tombe doit être creusée perpendiculairement à la qiblah, et le corps doit être placé dans la tombe du côté droit, face à la qiblah. Ceux qui déposent le corps dans la tombe doivent réciter la phrase «Bismilllah wa ala millati rasulilllah» («Au nom d’Allah et dans la foi du Messager d’Allah»).

Une fois que le corps est dans la tombe, une couche de bois ou de pierres doit être placée sur le dessus du corps pour empêcher tout contact direct entre le corps et le sol qui remplira la tombe. Ensuite, chaque personne en deuil présentera trois poignées de terre dans la tombe. Une fois la tombe remplie, une petite pierre ou un marqueur peut être placé sur la tombe afin que celle-ci soit reconnaissable. Cependant, traditionnellement, il est interdit d’ériger un grand monument sur la tombe ou de la décorer de manière élaborée.

Related Articles

Boucleur pour cheveux : quels sont les modèles qui existent ?

Irene

Les différents types de servantes atelier

Irene

Les accessoires de cuisine indispensables pour la pâtisserie

Irene